Mariage, enlèvement, cybersécurité… Il est possible de se faire assurer pour à peu près tout et n’importe quoi

ARGENT Le secteur des assurances ne se limite pas à l’habitation, l’automobile et la prévoyance

Les Français ne comprennent pas grand-chose aux assurances. D’après un récent sondage Yougov, réalisé pour le compte de l’assureur Lovys, plus d’un répondant sur cinq ne sait pas combien il en a souscrit ni ce que lui coûtent tous ses contrats.

En perpétuelle évolution, au gré des mœurs et des besoins, le secteur assurantiel propose en effet une kyrielle d’offres, des plus traditionnelles aux plus insolites.

Les cyber-risques, en plein essor

Les assureurs se font un devoir de couvrir les personnes contre tous les dangers. Or, à l’ère d’Internet, la cybersécurité est un nouvel axe de compétence à fort potentiel. Première cible des malveillances, les entreprises françaises ont pâti de plus de 4.550 incidents liés à la sécurité informatique en 2017, d’après une étude mondiale réalisée par le cabinet d’audit PWC. Pour se protéger, elles peuvent souscrire un package assurantiel couvrant le vol de données, les pertes d’exploitation ou encore l’atteinte à leur e-réputation.

Bien que moins développée, une solution similaire est dédiée aux particuliers, afin de leur permettre de préserver leur image sur le Web ou encore de lutter contre le cyber-harcèlement, qui fait des ravages auprès des adolescents. De plus en plus d’assurances scolaires intègrent ainsi à leur offre cette couverture, de base ou en option.

Parer au pire

Si les offres des compagnies américaines qui vous proposent de vous protéger en cas d’enlèvement extraterrestre font sourire, celles contre le kidnapping et l’extorsion par des malfaiteurs peuvent s’avérer utiles. Les voyageurs les plus prudents peuvent notamment souscrire ce type de couverture lors de leurs déplacements dans certains pays étrangers à risque comme le Mexique, l’Inde, le Pakistan, le Soudan ou encore le Nigeria. Les grandes entreprises n’hésitent d’ailleurs pas à y recourir pour protéger leurs salariés en mission dans ces territoires.

En cas de problème, c’est alors la compagnie qui est chargée de négocier avec les ravisseurs, de verser la rançon et de mettre à disposition les moyens de transport nécessaires pour le rapatriement. Et avec quelque 30.000 enlèvements chaque année dans le monde, le marché de l’assurance kidnapping est en plein essor.

Couvrir son happy end

Au-delà de l’engagement symbolique et juridique, un mariage représente un investissement financier parfois considérable. Or, on n’est malheureusement jamais à l’abri d’une mauvaise surprise ou d’un impondérable. Si vous avez peur de devoir renoncer à vos noces à la dernière minute, vous pouvez souscrire, en amont, une assurance annulation. Ce contrat permettra de rembourser votre robe et toutes les autres dépenses laissées à votre charge. Dans le même registre, on peut également couvrir son divorce, afin d’être indemnisé des frais d’avocat et des éventuels impayés de pension alimentaire.

Bien que dans un cadre moins dramatique, les packagings d’offres vacances peuvent inclure une assurance contre le mauvais temps. Vous serez dédommagé si la température chute fortement ou que la pluie s’invite durablement pendant votre séjour. Mais gare au délai de carence, puisque le contrat doit être signé bien à l’avance.

https://www.20minutes.fr/economie/2820699-20200713-assurez-votre-quotidien-pour-tout-et-n-importe-quoi

Laisser un commentaire