Confinement : les Français plus que jamais accros à leurs smartphones

Notre nouvelle vie à la maison pousse à une consommation inédite – mais logique – de ces appareils, d’après un sondage exclusif que nous vous révélons.

C’est une petite lucarne de lumière bleue vers le monde extérieur. La période de confinement, pour lutter contre le Covid-19, a modifié nos habitudes de consommation, notamment numérique. Le smartphone est ainsi devenu un nouveau réflexe au quotidien : 62 % des Français reconnaissent le consulter plus qu’avant, et près de la moitié d’entre eux au moins 3 heures par jour, selon un sondage Ifop* pour le fabricant chinois de smartphones OPPO.

Menée lors de la deuxième semaine de confinement, fin mars, cette enquête d’opinion comporte de riches enseignements sur notre nouveau rapport à cet appareil, dont 77 % des Français sont équipés.

La consommation s’affole comme jamais

Tous systèmes d’exploitation confondus (iOS et Android), les personnes sondées sont 31 % à passer beaucoup plus de temps qu’avant sur leur smartphone. 31 % – encore – y consacrent juste « un peu plus de temps ». Ce sont donc 62 % des sondés qui reconnaissent un plus grand usage qu’avant l a crise du Covid-19.

À noter qu’un tiers des répondants estiment y passer le même temps qu’avant leur isolement. Plus connectés, les 15 à 34 ans sont 75 % à reconnaître s’y consacrer davantage.

« Le smartphone a la fonction de remédier aux moments désagréables du quotidien : l’ennui, l’attente ou la solitude. Il ne peut être que notre meilleur compagnon de confinement ! », analyse Stéphanie Bertholon, psychologue au Centre de traitement du Stress et de l’anxiété (CTSA) à Lyon.

« Il apporte beaucoup de choses dans cette période. Cependant, il peut aussi nous amener à éviter des situations et des émotions parfois pénibles, mais fondamentales pour notre équilibre psychique », souligne la spécialiste en thérapie cognitive et comportementale.

D’après la dernière étude Baromobile d’Omnicom Media Direction, les Français se connectaient l’an dernier en moyenne 1 heure et 42 minutes sur leur téléphone. Ce chiffre explose aujourd’hui chez les Français à la maison : 45 % des répondants assurent consommer du contenu sur smartphone plus de 3 heures par jour, et 31 % dépassent les 4 heures quotidiennes !

« Son utilisation actuelle est une transposition de nos usages habituels que l’on rapatrie chez soi, comme les apéros vidéo ou les discussions entre collègues qui se passent désormais sur des applications », explique Catherine Lejealle, sociologue et enseignante-chercheuse à ISC Paris

« Cette boîte à outils de divertissement génère des petits rituels, comme pouvait le faire avant la télévision, en créant des ruptures et des rendez-vous dans la journée », assure-t-elle.

Mais le confinement n’a pas le même effet sur tout le monde : 20 % des sondés indiquent y passer moins d’une heure par jour. À l’inverse, chez les plus jeunes, ce sont 54 % des sondés qui y ont recours plus de 4 heures par jour.

« La nouvelle moyenne d’utilisation ne nous a pas surpris, mais elle fait ressortir la nécessité d’avoir un bon écran avec un filtre de lumière bleue pour les yeux qui vont passer la journée dessus », pointe du doigt David Chauvaud, chef de produit marketing chez OPPO, cinquième fabricant mondial de smartphones.

Les applications de communication plébiscitées

Le top 3 des applis les plus consultées fait ressortir le besoin d’interagir avec le monde extérieur grâce à des applications de messagerie (59 %), des e-mails (58 %) et de la navigation sur Internet (56 %).

« C’est la revanche de l’appel téléphonique, qui était jusque-là perçu comme dérangeant et intrusif dans notre vie mobile, mais qui devient une interruption bienvenue dans le quotidien d’un confiné », juge la sociologue Catherine Lejealle.

Les autres applications témoignent de la nécessité de se divertir à défaut de s’aventurer à l’extérieur : 43 % des sondés consultent les réseaux sociaux. Il y a évidemment un intérêt encore plus marqué chez 62 % des 15-34 ans pour Instagram, Snapchat et consorts.

Ce sont aussi 23 % des sondés qui se sont adonnés à des jeux mobiles. C’est d’ailleurs le « gaming » qui mène la danse parmi les nouveaux téléchargements effectués fin mars par 40 % des sondés. En effet, 30 % des applis récemment téléchargées sont des jeux, suivies de près par les incontournables réseaux sociaux (28 %) et… les applications de sport pour s’entretenir chez soi (24 %).

Moins de vidéos qu’imaginé

C’est sans doute parce qu’ils ont accès à d’autres écrans à la maison que les sondés sont à peine 8 % à regarder films et séries en streaming sur leurs smartphones.

Phénomène de société depuis le début du confinement, les appels vidéos professionnels dans le cadre du télétravail ou personnels ne concernent qu’une moitié des sondés.

Ils ne sont par exemple que 7 % a y avoir recours dans un usage purement professionnel. En revanche, 32 % ont appelé en vidéo leur famille et amis avec des applications comme Zoom ou WhatsApp.

« Il restera après le confinement de nouveaux liens nés de ces échanges avec nos amis et nos familles et de nouveaux réseaux d’entraide créés par exemple par l’envoi de vidéos amusantes sur nos smartphones », anticipe Catherine Lejealle, la sociologue spécialiste du numérique.

http://www.leparisien.fr/high-tech/confinement-les-francais-plus-que-jamais-accros-a-leurs-smartphones-07-04-2020-8295312.php

Laisser un commentaire