Redoutant des attaques, Microsoft patche de nouveau Windows XP

Pour la seconde fois en un mois, Microsoft s’apprête à patcher Windows XP, pourtant officiellement délaissé depuis près de trois ans. La raison ? Le risque d’une nouvelle attaque massive de type ransomware. Il faut dire qu’en mai dernier le monde de l’informatique était âprement secoué par le virus WannaCry qui – en quelques heures seulement – était parvenu à infecter plus de 300.000 ordinateurs à travers le globe.

Touchant principalement des terminaux fonctionnant sous des OS antérieurs à Windows 10 (Windows XP, Vista et 7 notamment), le ransomware avait prouvé à quel point ces vieux systèmes d’exploitation étaient vulnérables à des attaques de grande ampleur. WannaCry avait aussi démontré que, malgré leur âge, ces derniers sont encore largement utilisés.

Microsoft a donc décidé d’agir de manière « hautement inhabituelle » en déployant de nouveaux patchs à destination de Windows XP. Ces derniers ont – sans surprise – pour but de limiter au maximum la casse en cas de nouvelle attaque d’envergure, tout en sachant que les miracles ne sont pas possibles sur un système aussi ancien. Pour rappel, le lancement de Windows XP remonte tout de même au 25 octobre 2001.

Protéger et servir…

Microsoft a donc usé d’un de ses blogs pour s’exprimer sur la question et faire part de ses recommandations aux utilisateurs de Windows.

La firme explique ainsi qu’en « Examinant les mises à jour pour ce mois-ci, des vulnérabilités ont été identifiées. Elles représentent un risque élevé d’attaques par des organisations gouvernementales, parfois nommées ‘Etats-nations’, ou d’autres organisations copycat ».

Pour remédier à ce risque, la société propose donc « des mises à jour de sécurité additionnelles par le biais du traditionnel Patch Tuesday. Ces mises à jour de sécurité sont mises à la disposition de tous les clients, y compris ceux qui utilisent des versions antérieures de Windows ».

Notons que si la firme de Redmond évoque Wannacry au début de son billet, elle parle également d’un risque d’attaques par des « organisations gouvernementales », sans aller plus avant dans sa réflexion. La Russie et la Corée du Nord – particulièrement portées sur le hacking ses dernières années – seraient-elles visées par ce message ? La question peut se poser.

Quoi qu’il en soit, si vous utilisez toujours Windows XP (ou une version de Windows ne profitant pas du support étendu – comme Windows Vista, 8 ou Server 2003), vous pouvez vous rendre ici pour télécharger et installer manuellement les updates concoctées avec amour par Microsoft.

 

source:fredzone.org

 

 

Laisser un commentaire