Intel présente le premier concept de PC portable connecté en 5G

Le fabricant de processeurs expose un PC 2-en-1 équipé d’un modem 5G à Barcelone. Ce n’est encore qu’une preuve de concept mais elle doit déboucher sur des produits commerciaux dès l’année prochaine.

Enfin du concret en matière de terminaux 5G ! Intel a dégainé son PC 2-en-1 compatible avec le futur standard de téléphonie mobile sur le salon de Barcelone. Impossible de le prendre en main : ce n’est pour le moment qu’une preuve de concept exposée derrière une vitrine avec une vidéo de Wonder Woman qui tourne en permanence. Un autre modèle est lui aussi présenté, éteint.

« C’est la première fois que nous dévoilons une solution 5G totalement en silicium et entièrement intégrée à un PC », nous fait observer Asha Keddy, vice-présidente en charge, notamment, des standards de communications mobiles chez Intel.  « Ce type de produit pourra être commercialisé dès le second semestre 2019 », a-t-elle aussi ajouté.
Intel avait annoncé peu avant le Mobile World Congress qu’il avait scellé des partenariats avec Dell, HP, Lenovo, ainsi que Microsoft pour imposer, comme Qualcomm, ses propres Always Connected PC qui seront proposés directement en 5G l’année prochaine.

En attendant, le concept présenté au salon de Barcelone est bien connecté à un réseau pré-5G grâce à un modem lui aussi expérimental. L’antenne est dissimulée dans une lampe en hauteur comme on peut le voir sur la photo ci-dessus, tandis que la station de base est installée à proximité du PC (à gauche sur l’image).

Des antennes 5G au dos du PC

La grande particularité de l’ordinateur portable est d’intégrer des antennes 5G au dos de son écran, plus précisément au sein de deux béquilles rétractables.

 

Ce dispositif a été imaginé pour capter au mieux les ondes millimétriques, en l’occurrence la bande de fréquence 28 GHz (ce sera du 26 GHz en Europe). Si ces dernières assurent un très bon débit grâce à une grosse largeur de spectre disponible, elles présentent cependant des difficultés en matière de propagation car elles sont très sensibles aux variations de températures et aux obstacles. Le seul moyen d’y remédier est de multiplier les antennes et leurs orientations dans les équipements.

Intel ne communique que sur le débit agrégé en download et en upload, soit au moins 5 Gbit/s au total avec une latence de 6 ms. Mais ce type d’appareil devrait être capable de supporter jusqu’à huit porteuses différentes avec chacune une largeur de spectre de 100 MHz. Les performances pourront donc être bien supérieures à l’avenir. Si la carte SIM est soudée dans le produit présenté au MWC, un emplacement pour insérer une carte SIM est bien prévu à terme.

Intel souhaite s’adresser de manière prioritaire au marché chinois. C’est la raison pour laquelle il s’est allié à Spreadtrum, un concepteur de microprocesseurs basé à Shanghai. Il va développer avec lui un portefeuille de produits 5G pour plates-formes mobiles. Ils comprendront à la fois les modems 5G de la série XMM 8000 et les processeurs d’application de Spreadtrum.

Intel a pris du retard sur Qualcomm

Malgré cette belle démonstration à Barcelone et une grosse communication lors des JO de PyeongChang, force est de constater qu’Intel a pris du retard par rapport à Qualcomm en termes d’annonces 5G. Son rival a en effet déjà présenté un smartphone de référence il y a plusieurs mois qui lui a permis de procéder à des tests réussis d’inter-opérabilité avec tous les grands équipementiers du marché (Ericsson, Huawei, Nokia, Samsung et ZTE). Il s’est aussi allié à une liste impressionnante d’opérateurs dans le monde entier pour procéder à des expérimentations.

Le modem 5G XMM 8060 d’Intel, lui, n’est pas encore arrivé à ce stade de miniaturisation, d’intégration et d’interopérabilité. Il faut dire que la société a opté pour un parti pris technologique différent. « Nous allons développer différents types de facteurs de forme mais à chaque fois avec une solution qui ne comportera qu’un seul modem », promet ainsi Asha Keddy. De quoi se démarquer de Qualcomm qui a choisi de se lancer dans un premier temps avec deux modems différents : un pour la 5G et un autre pour la 2G, 3G et 4G. Le prochain MWC 2019 devrait être l’occasion de découvrir les premiers smartphones commercialisables en 5G avec une livraison au second semestre. Intel sera-t-il au rendez-vous face à Qualcomm ? Les deux acteurs seront-ils pris de court par Huawei et Samsung qui développent eux aussi leur propre modem 5G ? Le compte à rebours est lancé.

 

 

source: 01net.com

Laisser un commentaire