Guerre déclarée sur Google contre le téléchargement illégal ?

Guerre déclarée sur Google contre le téléchargement illégal ? Pas sûr

Réglementation : Google et Microsoft ont officialisé leur accord passé avec le gouvernement britannique visant à renforcer l’effort de lutte contre le piratage. Un accord qui ne devrait pas imposer à Google de revoir son algorithme.

Nous vous en parlions la semaine dernière, mais l’annonce est maintenant officielle : comme le rapporte le Telegraph, le gouvernement britannique est parvenu à un accord avec les principaux moteurs de recherche afin d’accentuer les efforts de lutte contre la contrefaçon d’œuvres protégées par le droit d’auteur.

Cet accord prend la forme d’un code de conduite que les moteurs de recherche s’engagent à respecter auprès des autorités britanniques. Via celui-ci, Google et Microsoft s’engagent à ne pas mettre en avant les résultats de recherche menant vers des sites de contrefaçon. Une politique déjà mise en place par Google notamment, qui chasse de sa première page les principaux sites de torrent. Comme l’explique le Telegraph, cet accord s’étendra aussi aux suggestions de recherche qui s’affichent dans la barre de recherche et qui ne présenteront plus de suggestions pouvant mener vers des sites dédiés au piratage. Ce code ne s’appliquera que sur le territoire britannique.

Google ne toucherait pas son algorithme

Le gouvernement a mené les discussions, après une année de négociation entre les différents acteurs de la recherche en ligne et les représentants des ayants droit. Ceux-ci souhaitaient forcer les moteurs de recherche à changer leur algorithme, mais Google soutient de son côté que les moteurs ne sont pas des portes d’entrée vers le piratage.

Le code de conduite a été signé et sera mis en place officiellement à compter du 1er juin 2017 sur le territoire britannique. Comme le rapporte Search Engine Land, Google dispose déjà d’un algorithme visant à déréférencer les sites de piratage sur sa plateforme, et la mise en œuvre de ce code de conduite ne devrait donc pas occasionner beaucoup de changements pour lui.

L’accord vise plutôt à s’assurer d’un statu quo en la matière, tout en forçant la concurrence à s’aligner sur ces pratiques. L’inquiétude qui subsiste est de savoir si cet accord qui vise à lutter contre le piratage en s’attaquant aux moteurs de recherche portera ses fruits : auquel cas, on peut imaginer que d’autres pays viendront négocier des mesures similaires.

 

source: zdnet.fr

Laisser un commentaire