Facebook permet désormais de “prendre ses distances” avec un ami gênant

Afin d’éviter de croiser virtuellement un collègue un peu bizarre ou un ex encore collant, le réseau social propose un nouvel outil filtrant les publications.

À mesure que Facebook s’est installé dans notre quotidien, la notion d'”amitié” dont il s’est fait le porte-étendard s’est peu à peu distendue. Au point que l’on compte désormais parmi ses “amis” des personnes que l’on ne veut pas vraiment fréquenter de près, même par écrans interposés, sans pour autant vouloir ou pouvoir couper complètement le lien avec eux. Par exemple son patron, un collègue un peu collant, un parent indiscret… ou un ancien petit ami. 
 

C’est pour cette raison que le réseau social de Mark Zuckerberg a testé depuis deux ans aux États-Unis l’outil “take a break” ou, en Français, “prendre ses distances”. Outre-Atlantique, il avait suscité l’intérêt en proposant cette option lorsque l’on passe du statut de “en couple” à celui de “célibataire”, ce qui permettrait de gérer plus facilement ces périodes compliquées. Le service est actuellement disponible pour au moins une partie des internautes français. Interrogé sur la date de mise en ligne de ce service en France, Facebook n’a pour le moment pas répondu à L’Express.

Gérer sa vie privée

Concrètement, l’outil est disponible, sur la version mobile, dans le menu déroulant que l’on peut trouver sur l’icône “ami” de chaque personne. Dans la version bureau, on le trouve pour l’instant via l’outil de recherche, qui permet d’atteindre la page “Prenez vos distances“.

La page propose de régler différents niveaux de “distance” avec chaque individu. Il s’agit de paramétrer dans le détail des filtres de publications: on peut ainsi “voir moins de choses” de cet ami, “Limiter” ce que cet ami verra venant de nous, ou “Modifier qui peut voir les publications antérieures”.

Des outils qui existaient partiellement avec l’option “se désabonner” ou encore en créant une liste des “profils limités”, mais qui se retrouvent ainsi rassemblés et plus finement réglés. On peut par exemple continuer à suivre les actualités d’une personne, mais l’empêcher de faire de même.
source: lexpansion.lexpress.fr

Laisser un commentaire