C’est ça l’Internet Nord-Coréen ?

On sait enfin à quoi ressemble l’Internet nord-coréen !

Une faille du système informatique a permis de divulguer la liste des 28 sites web autorisés en Corée du Nord et demeurés secrets

Le régime de Kim Jong-un est si verrouillé que l’on ne résiste pas à l’envie de jeter un œil dans le trou de la serrure quand la lumière y passe. Le programmeur Matthew Bryant a réussi une percée inédite dans l’univers informatique nord-coréen, impénétrable jusqu’alors depuis l’étranger, grâce à un bug temporaire sur les serveurs hébergeant les noms de domaine en .kp, la terminaison nord-coréenne. Bryant a ainsi pu recenser une liste de 28 sites web, à l’aspect pour le moins rudimentaire, dont il a fait part sur le site spécialisé GitHub et sur le forum Reddit. Les internautes se sont alors empressés d’immortaliser ces éléments de l’Internet nord-coréen en réalisant des captures d’écran. On trouve sans surprise des sites à l’effigie du « Cher Dirigeant », de propagande contre la Corée du Sud, mais aussi ce qui s’apparente à un réseau social.

. Une mainmise rendue possible par le nombre de sites, qui apparaît dérisoire comparé aux quelque 140 millions de sites recensés dans le domaine .com. Le Monde expliquait en 2014 : « Il s’agit d’un réseau fermé fonctionnant à partir de versions japonaises pirates de Microsoft. Il permet d’accéder à des sites d’information coréens, à la télévision éducative et à des formes rudimentaires de boîtes email. »

Seule la nomenklatura nord-coréenne a accès à l’Internet mondial, et l’acquisition d’un ordinateur ne se fait pas sans mal. Non seulement cela nécessite une autorisation officielle, mais la marque Morning Panda, en situation de monopole, n’en fabrique qu’une centaine par an. Autant dire que les « internautes » nord-coréens ne courent pas les rues. Le site Vox faisait état de 1 024 adresses IP sur 25 millions de Nord-Coréens en 2015.
Source: lepoint.fr

Laisser un commentaire